Aissa Hamada décrit la célébration traditionnelle du mariage en Algérie

Le mariage dans le pays algérien est comme dans tous les pays musulmans et arabes. C’est un événement religieux qui mérite l’attention de toute la famille, celle de l’époux et de l’épouse. À l’instar des autres pays maghrébins, la célébration est très faste durant plusieurs jours. Traditionnellement, cela peut compter jusqu’à six jours et 7 nuits. Le mariage en Algérie est un enchantement avec son lot de festivités, de rites et de traditions même si chaque région a ses coutumes propres.

Les préparatifs d’un mariage traditionnel en Algérie avec Aissa Hamada

Il est très rare pour les Algériens de faire appel à un restaurant oriental ou à un traiteur pour la préparation du dîner lors d’une union dans la plus pure tradition. Toute la cuisine est préparée par les proches et la famille.

La particularité du mariage algérien est qu’il se déroule à la fois à la maison du futur mari et à la maison de la future épouse. Il n’est pas comme le mariage des autres pays maghrébins puisque l’homme participe pleinement durant la fête d’après une interview d’Aissa Hamada sur son blog.

Les deux familles commencent en général à préparer le repas musulman tandis que tous les hommes se rassemblent pour effectuer le sacrifice d’une vache ou d’un mouton en fonction du nombre d’invités présents pour les fêtes.

Le jour suivant est celui du hammam où la mariée et toutes les jeunes filles de sa famille prennent ensemble un bain public. C’est un jour spécial puisque comme le veut la tradition, la future épouse doit prendre un bain avec des bougies, des youyous et des chants religieux.

A la fin du bain, des boissons et des gâteaux sont offerts à toutes celles qui y ont participé.

La demande en mariage ou la « Khotba »

Un mariage dans le pays commence souvent par la demande en mariage, c’est-à-dire la Khotba. Les parents et la famille du futur époux se déplacent et demandent la main de la mariée à son père.

La coutume veut que le prétendant ainsi que sa famille apportent des fleurs, du lait, des dattes, des sucres, etc. Cela change actuellement puisqu’il est devenu une habitude d’offrir un bouquet de fleurs et une tarte lors de la Khotba.

Les fiançailles officielles sont souvent précédées d’une visite de la mère, des sœurs et des tantes du prétendant pour voir la future épouse. C’est ensuite que les hommes entrent en scène pour officialiser la relation.

Les futurs époux sont engagés l’un envers l’autre une fois que les hommes se mettent d’accord sur les différents présents, cadeaux et sur la somme de la dot. Une bague peut sceller l’engagement dans certaines régions.

Cette bague est appelée également « Bague de Parole » ou Khatem El Kelma dans la langue du pays. Les délais entre la Khotba et le mariage peuvent varier selon les circonstances et les moyens financiers des deux familles et elle est parfois fixée durant les fiançailles explique Aissa Hamada (cliquer ici pour le profil facebook).

La coutume veut que la Khotba et la célébration de l’union soit fixé un an après les fiançailles. D’ailleurs, le dicton dit : « la fête du mariage ne dure qu’une nuit, ses préparatifs un an ».

Le mariage religieux algérien ou la « Fatiha »

Le « Hlal » ou la Fatiha est le type du mariage religieux en Algérie. Comme dans tous les pays arabo-musulmans, la cérémonie religieuse ne se déroule qu’en présence d’un imam ou au moins d’un homme pieux, du tuteur de la future épouse (père, oncle, frère, etc.) et de deux témoins.

La cérémonie se déroule chez les tuteurs de la future épouse et elle est souvent enchainée par la fête du henné. L’imam ou l’homme pieux effectue une très courte allocution religieuse tout en rappelant les devoirs et les droits des futurs époux.

Il demande ensuite le consentement de la jeune fille après cette allocution et c’est après que tous les hommes présents dans la salle récitent le premier chapitre dans le Coran, la Fatiha, d’où le nom de cette cérémonie traditionnelle commente Aissa Hamada. (societe.com)

Les familles se rejoignent ensuite autour d’un repas traditionnel avant la cérémonie du henné. Les futurs mariés sont considérés mari et femme religieusement après que la Fatiha ait été célébrée. Par cont