Comment refaire sa vie après 60 ans ?

Certains salariés peuvent retarder leur départ à la retraite, en accord avec les besoins de l’entreprise où ils exercent. Cependant, dans la majorité des cas, c’est une étape incontournable, quelques fois même anticipée. Il faut se rendre compte qu’une fois que les démarches administratives sont effectuées et que les divers formulaires sont remplis, une nouvelle vie commence.

Cap Retraite offre son aide pour surmonter ce cap et donne des conseils pour le mener à bien.

Une vie après 60 ans

Il y a toujours une vie après la fin du parcours professionnel, selon le site Cap Retraite. Il n’y a pas à s’inquiéter ! Elle ne signifie pas l’arrivée d’un quotidien ennuyeux et inactif. C’est tout le contraire !

Les activités bénévoles, les voyages, le sport et surtout l’intérêt pour de nouveaux passe-temps et hobbies  peuvent transformer cette étape en une existence riche en épanouissement et en accomplissement. En d’autre termes, c’est un moyen de redécouvrir le bien-être tant sur le plan psychologique que physique.

Profiter de cette période n’est pas une question d’argent ou d’âge, c’est un état d’esprit qu’il faut suivre. Il faut donc adopter un point de vue positif et se dire que « une époque qui se termine ouvre la porte à une nouvelle qui commence ».

Atteindre la soixantaine implique cependant une réorganisation « mentale » et un réaménagement du quotidien. Ce sont deux grands bouleversements dans la conception de l’avenir et dans la façon de penser, mais qu’on peut affronter avec sérénité.

Il faut anticiper en douceur tous les changements, car tout est possible une fois atteinte la limite de sa carrière professionnelle. Il ne s’agit pas de déclin ou d’ennui, mais de temps libre qu’il faut vivre à fond chaque jour, chaque heure et chaque minute.

« Après 60 ans, c’est cap retraite » signifie ainsi aborder un nouveau monde de quiétude et de confiance. Bien sûr, comme pour tout changement majeur une préparation est nécessaire.

Se préparer

« Retraite » signifie avoir plus de temps libre, aboutir à un rêve, élargir les centres d’intérêt, avoir des relations familiales ou amicales épanouies et avoir un rôle social encore plus important.

La manière de la concevoir a évolué au cours de ces 50 dernières années. La plupart des concernés du XXIe siècle sont très actifs et utilisent leur temps libre pour prendre soin des autres et d’eux-mêmes.

Prendre en compte les conséquences familiales, sociales et surtout psychologiques est bien plus qu’important, car il est normal qu’au début on ressente un certain flottement. Mais il faut prendre conscience que c’est aussi un nouveau départ pour une existence plus libre.

Le concerné doit apprendre à anticiper la « conversion » et à limiter les risques de stress et les facteurs de dépression. En effet, il n’est pas facile de quitter des habitudes établies durant des années telles que la gestion des horaires, des relations professionnelles, etc.

C’est pourquoi il est essentiel de planifier de nouveaux projets en se basant sur ses envies et ses besoins fondamentaux.

Les activités possibles

La paresse et surtout l’oisiveté sont les premières tendances auxquelles il faut s’éloigner. Il faut continuer à nourrir l’esprit intellectuellement et à accroître ses connaissances pour maintenir le mental en bonne forme. C’est également un remède efficace pour lutter contre la dégénérescence du cerveau et se faire de nouveaux amis.

Au côté convivial et socialisateur peut s’ajouter le côté professionnel. Certains employés qui ont déjà atteint la limite d’âge peuvent continuer à être au service de leur ancienne entreprise en tant que consultant ou conseiller, à la demande du patron, ils peuvent alors valoriser leurs savoir-faire tout en complétant les lacunes théoriques au moyen de diverses formations.

Les changements de situation sont à l’origine d’une sensation d’isolement et de solitude pour de nombreux séniors. Il faut tout simplement oser se tourner vers de nouvelles rencontres, même si ce n’est pas toujours évident. Le partage et la discussion avec des personnes de la même génération prennent part au bon développement du moral.

L’inscription dans un club ou dans une association est possible pour occuper le temps libre. D’ailleurs, l’éventail d’activités y sont très larges pour ne citer que les travaux manuels ou artistiques, le sport, le numérique, la culture, etc.

S’adonner au sport est par exemple un bon moyen de rester dynamique tout en entretenant une bonne santé. Il suffit de faire une consultation médicale au préalable afin de déterminer la discipline adaptée.

Qui dit retraite dit voyage ! Certaines agences mettent à disposition des séjours spécifiques pour les séniors où la découverte et les visites culturelles sont au rendez-vous.

Réorganiser sa vie est un art

Le quotidien d’un travailleur est occupé par ses devoirs professionnels pendant au moins 35 ans. Ce rythme devient pour lui une habitude. Quand il quitte ce milieu, il lui faut donc trouver de nouveaux repères.

L’art d’organiser le temps libre

Le temps libre augmente considérablement à partir de ce moment. Il peut être considéré comme des vacances durant les deux premiers mois où il n’y a aucune contrainte. C’est une occasion de prendre du plaisir avec ce qui a été mis de côté.

Il faut ensuite apprendre à gérer le temps pour donner un sens au nouveau quotidien. Les nouveaux centres d’intérêt et les projets vont occuper l’emploi du temps.

Cette idée peut faire peur à certains à mesure que le temps passe. Le premier réflexe à adopter est de ne pas s’isoler tout en privilégiant la vie sociale active.  Toute possibilité est à considérer, on peut opter pour une association, pour un club d’activité ou un tout autre centre d’intérêt. Le but est de partager, de discuter avec d’autres personnes et de rester actif pour ne pas perdre son autonomie.

Un repos bien mérité

Plusieurs solutions sont possibles pour pouvoir aborder ce grand tournant : découvrir un autre passe-temps ou vivre les passions qu’on n’a jamais pu entièrement assouvir, etc.

Le but n’est pas de se lancer en même temps dans de nombreuses tâches, mais de trouver le meilleur équilibre. Il faut trouver un nouveau rythme correspondant à ses aspirations et favorisant l’épanouissement personnel et le bien-être.

Certains occupent leur journée en ayant en parallèle plusieurs choses à faire tandis que d’autres préfèrent ne rien entamer tout de suite. Toutefois, il reste important d’établir quelques objectifs pour structurer l’avenir, même avec un projet à court terme.

A part les horaires, il faut aussi organiser l’espace. Celui qui reste davantage à la maison devrait faire un nouvel aménagement, cela aide aussi à se changer les idées. S’il vit en couple, il est capital de considérer les désirs de chacun.

Trouver l’amour

Le troisième âge peut aussi être le moment de penser à l’amour pour ceux qui n’avaient pas eu le temps de s’y consacrer pendant leur période professionnelle selon Cap Retraite. Les sites internet sont des moyens efficaces pour faire des rencontres intéressantes, à condition de se faire conseiller pour choisir ceux qui sont sérieux.

Refaire sa vie amoureuse après 60 ans n’est plus une illusion! Découvrir le grand amour à cet âge est une nouvelle manière de rompre avec la solitude.

Il faut tenir compte que les attentes et les besoins ne sont plus les mêmes qu’à 20 ans. C’est le temps de rechercher le compagnon ou la compagne avec qui partager les moments de complicité et d’attention.

Ce sont la plupart du temps les passions similaires et les loisirs identiques qui rapprochent deux êtres. On veut tout simplement quelqu’un qui lui ressemble et qui le comprend dans ses décisions.

Cette période est également une retrouvaille pour le couple qui a résisté aux années. Il peut se donner plus de temps à être ensemble, à mieux se connaître et se découvrir (non il n’est pas trop tard), à faire des activités ensemble, ce qui était rare durant la jeunesse.

Le mariage des aînés, oui c’est possible !

Une seconde jeunesse des aînés

Divorcé(e), veuf (veuve) ou seul(e) durant longtemps, il est maintenant possible de goûter à ce sentiment qui était auparavant inconnu ou oublié.

S’offrir une deuxième vie de couple est accessible aussi bien pour les séniors que pour les jeunes. Tomber amoureux ou amoureuse après 60 ans est une réalité de plus en plus répandue. Par ailleurs, des sites spécialisés proposent une solution pour les personnes âgées voulant trouver celui ou celle qui partage les mêmes passions avec elles.

Et les enfants alors ?

Cette deuxième jeunesse est en général bien perçue par les proches, notamment par les enfants. Ils peuvent se réjouir de voir leur parent vivre en couple et rompre avec la solitude.

La société d’aujourd’hui admet le fait que les personnes âgées puissent avoir une vie intime, elle les y encourage même. A cet âge, on peut en effet avoir quelques appréhensions à faire savoir qu’on veut s’épanouir dans ce domaine surtout vis-à-vis des proches.

C’est un fait incontestable, il faut se rendre à l’évidence qu’ils peuvent s’aimer et se marier. Pour ceux qui ont besoin d’aide dans les différentes démarches, des sites de conseils au troisième âge sont disponibles.